FAAS Fédération des Anciens et Adultes du Scoutisme Français
FAASFédération des Anciens et Adultes du Scoutisme Français

C'ETAIT....HIER                                                                                              27/11/2017   Conférence de Bali        DÉCLARATION DE L’AISG « Le dialogue interculturel »    28e Conférence mondiale de l’AISG, 13 octobre 2017 © International Scout & Guide Fellowship   Nous, les participants à la 28e Conférence de l’Amitié Internationale Scoute et Guide (AISG) réunis du 9 au 13 octobre 2017 à Bali, Indonésie :  --- Considérant les relations difficiles entre individus, cultures et convictions dans le monde entier --- Considérant l’importance d’amélioration et de paix dans un monde miné par la guerre et le terrorisme. --- Considérant la nécessité de construire une société meilleure dans laquelle sont largement répandues et partagées les valeurs d’amour, de respect, de tolérance et de paix. --- Considérant l’importance d’encourager le dialogue et les communications entre les différentes communautés et d’éliminer les discriminations fondées sur la race, le genre, la langue ou la religion. --- Considérant le besoin de développer chez chacun le sens de la vertu et de la droiture par des programmes variés et d’encourager le sens des responsabilités vis-à-vis de sa propre communauté et de la société en général, en particulier par l’éducation formelle, informelle et non-formelle pour les jeunes.     Déclarent que les principes ci-après devraient être à la base de toute action :  o 1- Entretenir le dialogue culturel existant qui sert de pont sûr entre les cultures, échanger les expériences et tenir haut les valeurs communes qui unissent l’humanité. o 2- Respecter les valeurs culturelles des autres et chérir la diversité culturelle en tant que moyen d’élargir l’horizon de chacun. o 3 - Utiliser les méthodes modernes pour les échanges des programmes culturels, le dialogue et les projets sociaux communs auxquels des personnes de diverses cultures participent et aspirent à un objectif commun. o 4- Encourager les politiciens, législateurs et autres parties prenantes à adopter des politiques qui reflètent les valeurs universelles des droits de l’homme en vue de nous rassembler et de combattre haine et intolérance. o 5 – S’investir dans des campagnes nationales et internationales pour promouvoir une culture de paix et un dialogue ouvert, en particulier parmi les jeunes pour les aider à devenir des membres actifs dans leurs sociétés.    Recommandent que les communautés et en particulier les ANSG o --- 1 - Célèbrent la Journée Internationale de la Tolérance à partir de 2018 (16 novembre) o --- 2 - Prennent part aux travaux menés par les ONG au sein de l’UNESCO et autres organismes internationaux et régionaux en utilisant les documents qu’elles recevront. o --- 3 - Prennent part dans des actions sociales : organisation d’activités avec les prisonniers et jeunes délinquants, aider les personnes vulnérables telles que les enfants de la rue, les réfugiés, les familles dans le besoin etc. et prennent contact avec les associations travaillant dans ces domaines.   o --- 4 - Organisent des activités ou participer à des activités qui facilitent les contacts : sport, marches, cuisine, danse, musique, échanges de familles hôtes etc. --- 5 - Prennent contact avec des personnalités connues qui pourraient accompagner les actions. o --- 6 - Prennent contact avec les politiciens, législateurs et autres parties prenantes pour leur faire connaître un point de vue Scout et Guide (jeune et adulte)     Demandent à l’AISG de : --- 1 - Encourager les jumelages entre les amitiés locales --- 2 - Mettre en place des programmes tels que la « Flamme de l’Esprit Scout et Guide », le programme des « Messagers de la Paix » de l’OMMS, le programme « libre d’être moi » de l’AMGE. o --- 3 - Trouver un bénévole ou groupe de bénévoles compétents en matière de recherche de subventions. o --- 4 - Promouvoir une évaluation systématique des expériences des participants pendant les réunions régionales et sous-régionales.    PASSONS DES PAROLES AUX ACTES ----------------------------------------------------------------------   11/08/2017   Du 19 au 24 Octobre 2018:  Conférence AISG à Athène L'information suit Chers amis, On dit que quand on est heureux, le temps « coule comme de l'eau ». Je suis tout à fait d'ac- cord, surtout quand je me rappelle  de tout ce que nous avons vécu ensemble dans les réunions de l’Amitié Internationale. Ce voyage qui a commencé  avec nous tous comme passagers, n'a lais- sé que des souvenirs précieux. Cette fois s’est à nous de conduire le voyage qui touchera terre dans notre beau pays, la Grèce. Vous serez accueilli les bras ouverts, pour passer avec nous quelques jours d’aventure et rôder dans des beautés de notre pays, connaitre en peu son histoire, sa culture, sa vie quotidienne, son peuple. Et toujours dans l’esprit Scoute et Guide on passera des moments agréables qui nous permet- tront de mieux se connaître et d'échanger nos pensées et nos idées sur notre sujet préféré,   le Scoutisme et le Guidisme. Nous vous attendons donc tous pour une errance dans notre propre Odyssée. Aggeliki Gavala Présidente du Comité Organisateur    ------------------------------------ 28/09/2018   Conférence Européenne Brême, Allemagne, du 21 -25 Août 2019   Bien chèrs participants à la 10. Conférence Européenne   Bien chèrs soeurs et frères du scoutisme adulte Bien chèrs amis en Europe et partout dans le monde  Soyez les bienvenues à la rencontre à Brême, la vieille ville hanséatique. Nous voulons faire tout le nécessaire pour avancer notre région et la endurer  envers les défis dans notre organisation. Au même temps nous renouvellerons les anciennes amitiés ou trouverons des amitiés nouvelles dans les pays européens membres,  restant en contact électronique avec toutes nos sœurs et frères.  Un accueil chaleureux au participants venants d‘autres parts du monde.  Europe a souffert sous guerres cruelles, tyrannies et terrorisme, par suite reste une demande, souhaitée par toutes les bien volées : LA PAIX DANS NOS JOURS !   SOLIDARITÉ c‘est un mot assez fort dans tous les rangs du scoutisme ( pour toujours ??) Nous devons demonstrer la solidarité en Europe et surtout entre nous mêmes. Un titre de la loi du scoutisme demande : „Le scoutisme crée l‘amitié entre toutes les étres humains!“ et nous devons vivre cette dévise de tout notre coeur.  Alors nous voulons commencer la conférence avec la dévise : Participation pour tous Retournant chez vous après la conférence vous serez sûre d‘avoir fait un pas sur le bon chemin.   Meilleurs salutations et toujours prêt  Doris Stockmann, Chair European Region    Message des organisateurs    Nous, le peuple allemand, nous sommes très heureux d‘organiser la 10. Conférence à Brême. Nous avons travaillé très dur, afin d‘organiser cette conférence, de preparer une rencontre paisible et de vous montrer la mode de vivre des allemands.  Vous retournerez chez vous en gardant beaucoups d‘impressions de la Ville de Brême. Et, en cas vous participez au tour dans la „Lüneburger Heide“ après la conférence, vous serez agréablement surpris. Moi, Président de l‘Association des Scouts adultes en Allemagne, je suis fier de mon équipe et j‘espère que vous auriez une conférence agréable et informative.   Au nom du Comitée d‘ Organisation  Helmut Reitberger Président VDAPG   ----------------------------------   30/03/2018   AISG   Conférence de Bali - Octobre 2017   Pour en savoir plus:   CLIQUEZ ICI   19/02/2018   ISGF   International Scout and Guide Fellowship (An organization for adults)     AISG   Amitié Internationale Scoute et Guide (Une organisation pour adultes)     Message – Journée de la Pensée/ des Fondateurs 2018   Chers amis scouts et guides,    Aujourd’hui nous commémorons une journée qui est très importante pour nous tous puisqu’il s’agit du jour de la naissance de nos fondateurs.   Lorsque ne nous nous penchons sur le passé du scoutisme et du guidisme, nous contemplons ce qu’ont fait un homme et une femme pour transformer ce monde.   En tant que scouts et guides, nos fondateurs nous ont donné l’occasion et, en même temps, le défi de rendre ce monde meilleur.  Tournez-vous sur le passé de votre propre pays, remémorez-vous ces personnes qui vous ont initiés au scoutisme et au guidisme, voyez ce qu’ils ont fait et voyez ce que vous avez fait pour transformer votre communauté.   Alors que nous célébrons la journée de nos fondateurs, il est important de nous rappeler que nos fondateurs nous ont donné un but de vie, un but qui nous appelle à agir dans différents domaines de vie pour laisser ce monde meilleur que nous l’avons trouvé.  Cela nécessite de voir grand pour pouvoir voir encore plus loin et ainsi changer ce monde.   Alors que nous célébrons cette journée, rappelez-vous toujours que nos fondateurs nous ont encouragés à voir au-delà et rappelez-vous de ce qu’ils nous ont légué pour faire de ce monde un endroit meilleur.  En effet, c’est un défi de taille mais en même temps une grande occasion pour nous d’apporter notre contribution au bien-être universel, de laisser une trace à jamais. Rappelez-vous, que cela ne pourra se faire qu’avec notre engagement à part entière.   Alors que nous célébrons la vie de nos fondateurs, faîtes de votre rêve, une vie paisible et fructueuse.  Rappelez-vous ceci :    « Ce qui frappe le plus lorsque l’on regarde en arrière, c'est la rapidité avec laquelle le temps a passé, la brièveté de notre séjour sur terre. En conséquence, l’avertissement qu’on voudrait donner est celui-ci: il ne faut pas gaspiller sa vie avec des futilités sans importance; d’autre part, il n’est pas bon de la prendre trop au sérieux, comme le font certains. Faites-vous une vie heureuse, c’est là que la réussite est à la portée de chacun.’   “Voyez grand, et même quand vous croyez voir grand, voyez plus grand encore’.   Je vous souhaite de joyeuses célébrations.  Bien à vous.   Mathius Lukwago Président  Comité mondial de l’AISG.            27/11/2017   Conférence de Bali   DÉCLARATION DE L’AISG « Le dialogue interculturel »    28e Conférence mondiale de l’AISG, 13 octobre 2017 © International Scout & Guide Fellowship   Nous, les participants à la 28e Conférence de l’Amitié Internationale Scoute et Guide (AISG) réunis du 9 au 13 octobre 2017 à Bali, Indonésie :  --- Considérant les relations difficiles entre individus, cultures et convictions dans le monde entier --- Considérant l’importance d’amélioration et de paix dans un monde miné par la guerre et le terrorisme. --- Considérant la nécessité de construire une société meilleure dans laquelle sont largement répandues et partagées les valeurs d’amour, de respect, de tolérance et de paix. --- Considérant l’importance d’encourager le dialogue et les communications entre les différentes communautés et d’éliminer les discriminations fondées sur la race, le genre, la langue ou la religion. --- Considérant le besoin de développer chez chacun le sens de la vertu et de la droiture par des programmes variés et d’encourager le sens des responsabilités vis-à-vis de sa propre communauté et de la société en général, en particulier par l’éducation formelle, informelle et non-formelle pour les jeunes.     Déclarent que les principes ci-après devraient être à la base de toute action :  o 1- Entretenir le dialogue culturel existant qui sert de pont sûr entre les cultures, échanger les expériences et tenir haut les valeurs communes qui unissent l’humanité. o 2- Respecter les valeurs culturelles des autres et chérir la diversité culturelle en tant que moyen d’élargir l’horizon de chacun. o 3 - Utiliser les méthodes modernes pour les échanges des programmes culturels, le dialogue et les projets sociaux communs auxquels des personnes de diverses cultures participent et aspirent à un objectif commun. o 4- Encourager les politiciens, législateurs et autres parties prenantes à adopter des politiques qui reflètent les valeurs universelles des droits de l’homme en vue de nous rassembler et de combattre haine et intolérance. o 5 – S’investir dans des campagnes nationales et internationales pour promouvoir une culture de paix et un dialogue ouvert, en particulier parmi les jeunes pour les aider à devenir des membres actifs dans leurs sociétés.    Recommandent que les communautés et en particulier les ANSG o --- 1 - Célèbrent la Journée Internationale de la Tolérance à partir de 2018 (16 novembre) o --- 2 - Prennent part aux travaux menés par les ONG au sein de l’UNESCO et autres organismes internationaux et régionaux en utilisant les documents qu’elles recevront. o --- 3 - Prennent part dans des actions sociales : organisation d’activités avec les prisonniers et jeunes délinquants, aider les personnes vulnérables telles que les enfants de la rue, les réfugiés, les familles dans le besoin etc. et prennent contact avec les associations travaillant dans ces domaines.   o --- 4 - Organisent des activités ou participer à des activités qui facilitent les contacts : sport, marches, cuisine, danse, musique, échanges de familles hôtes etc. --- 5 - Prennent contact avec des personnalités connues qui pourraient accompagner les actions. o --- 6 - Prennent contact avec les politiciens, législateurs et autres parties prenantes pour leur faire connaître un point de vue Scout et Guide (jeune et adulte)     Demandent à l’AISG de : --- 1 - Encourager les jumelages entre les amitiés locales --- 2 - Mettre en place des programmes tels que la « Flamme de l’Esprit Scout et Guide », le programme des « Messagers de la Paix » de l’OMMS, le programme « libre d’être moi » de l’AMGE. o --- 3 - Trouver un bénévole ou groupe de bénévoles compétents en matière de recherche de subventions. o --- 4 - Promouvoir une évaluation systématique des expériences des participants pendant les réunions régionales et sous-régionales.    PASSONS DES PAROLES AUX ACTES ----------------------------------------------------------------------   11/08/2017   Du 19 au 24 Octobre 2018:  Conférence AISG à Athène L'information suit Chers amis, On dit que quand on est heureux, le temps « coule comme de l'eau ». Je suis tout à fait d'ac- cord, surtout quand je me rappelle  de tout ce que nous avons vécu ensemble dans les réunions de l’Amitié Internationale. Ce voyage qui a commencé  avec nous tous comme passagers, n'a lais- sé que des souvenirs précieux. Cette fois s’est à nous de conduire le voyage qui touchera terre dans notre beau pays, la Grèce. Vous serez accueilli les bras ouverts, pour passer avec nous quelques jours d’aventure et rôder dans des beautés de notre pays, connaitre en peu son histoire, sa culture, sa vie quotidienne, son peuple. Et toujours dans l’esprit Scoute et Guide on passera des moments agréables qui nous permet- tront de mieux se connaître et d'échanger nos pensées et nos idées sur notre sujet préféré,   le Scoutisme et le Guidisme. Nous vous attendons donc tous pour une errance dans notre propre Odyssée. Aggeliki Gavala Présidente du Comité Organisateur    ------------------------------------ 03/05/2017   Moisson 29 avril 2017 70° anniversaire du jamboree de 1947     Message de Jean-jacques GAUTHE Ex président de la FAAS 2013-2017   Monsieur le maire, Mesdames et messieurs les élus Monsieur le président de l’association ‘Moisson, le ciel des géants’   Chers amis du scoutisme,     Il est toujours émouvant pour le représentant de la FAAS, la Fédération des associations d’adultes et d’anciens du Scoutisme Français qui regroupe les anciens des différentes associations du Scoutisme Français, de revenir à Moisson. La FAAS était déjà présente à Moisson en juillet 2007 pour le centenaire anniversaire du scoutisme et pour le 60° anniversaire du Jamboree de Moisson.   A cette occasion, la FAAS avait apporté à Moisson la flamme allumée sur la tombe de Baden-Powell au Kenya le 22 février 2007, jour anniversaire de sa naissance et de celle de sa femme. Il nous semblait essentiel que cette flamme passe à Moisson, haut lieu du scoutisme, avant de finir son voyage au jamboree mondial le 1er août 2007 en Grande-Bretagne.   Aujourd’hui, nous célébrons le 70° anniversaire du Jamboree de la Paix qui se tint  à Moisson du 9 au 21 août 1947.  Nous le savons, ce fut un immense moment de joie et de fraternité pour 30 000 jeunes venus du monde entier. A juste titre, ces instants ont souvent été mis en valeur. Et il faut insister sur leur importance. Hier comme aujourd’hui, il est trop rare d’entendre parler de rencontre, d’optimisme, d’amitié, de liberté et de fraternité.       Je souhaite évoquer ce jamboree sous un angle original, celui du scout citoyen de son pays et citoyen du monde et des conséquences de ce choix.   Les difficultés sont particulièrement importantes en France et dans le monde en cet été 1947. Les revues scoutes de juillet 1947 rappellent ainsi aux chefs et aux jeunes de se munir de leurs tickets de rationnement de pain pour venir à Moisson, faute de quoi ils ne pourraient pas avoir de pain durant leur séjour …   L’équipe d’organisation du Jamboree se retrouve face à trois problèmes internationaux d’une exceptionnelle difficulté. Et j’insisterai sur l’un d’entre eux pour montrer comment le scoutisme a été précurseur.   La première difficulté internationale est la décolonisation. C’est en plein Jamboree, le 15 août 1947, que l’Inde et le Pakistan deviennent des états indépendants. Nombre de jeunes des pays encore colonisés présents à Moisson vont être profondément impressionnés par cet instant et voudront le vivre pour leur pays.   Les Français doivent gérer à Moisson des questions compliquées liées à la décolonisation avec l’accueil de la délégation d’Indochine et l’accueil du contingent des Scouts musulmans algériens. Nous sommes en effet en pleine guerre d’Indochine depuis 1945. Et dans les départements d’Algérie, les Scouts musulmans algériens, membres du Scoutisme français depuis fin 1944, ont joué un rôle important, à la fois comme avant-garde et comme victimes, lors des évènements tragiques et des massacres de mai 1945, spécialement à Sétif et à Guelma.   La seconde difficulté internationale que l’équipe d’organisation du Jamboree doit gérer est le début de la guerre froide et l’accueil des scouts des pays de l’Est. Après d’âpres négociations impliquant le ministère français des affaires étrangères, la délégation polonaise n’est finalement pas venue à Moisson. Le scoutisme polonais est en effet divisé en deux branches, celle de Varsovie et celle de Londres, et aucun accord n’a pu être trouvé. La délégation hongroise est venue mais elle est très étroitement surveillée par la police de son pays. Depuis près d’un an, le scoutisme hongrois agonise, victime de la répression qui va conduire à son interdiction en mai 1948. La situation sera identique en Tchécoslovaquie.   Il faudra attendre plus de 40 ans, c’est-à-dire l’année 1990, pour que des scouts tchèques, polonais ou hongrois reviennent dans un jamboree.   C’est sur la troisième difficulté internationale rencontrée au Jamboree de la Paix que je souhaite insister. Car elle a des conséquences directes et considérables jusqu’à aujourd’hui. Il s’agit de la question allemande.   En 1947, l’Allemagne n’existe plus en tant qu’état. Son territoire a été divisé en 4 zones d’occupation, française, britannique, américaine et soviétique et en un état indépendant, sous contrôle de la France, la Sarre.   Une question très difficile se pose pour l’équipe d’organisation du jamboree : que proposer à la jeunesse allemande, empoisonnée par 12 ans de nazisme et par ses théories folles de supériorité raciale dont on sait où elles ont conduit ?   Comment accueillir des Allemands au jamboree alors que le scoutisme n’existe plus en Allemagne depuis 1933-34, alors qu’auparavant, il n’avait jamais été reconnu au plan international en raison de ses divisions et de l’engagement politique de certaines de ses associations ?   Comment accueillir des Allemands au Jamboree alors que le souvenir de la seconde  guerre mondiale est encore extrêmement présent ? La délégation belge installe ainsi à Moisson un monument à la mémoire des 845 scouts morts pour la Belgique de 1940 à 1945. Même si la fraternité scoute est une réalité, la coexistence au quotidien entre ennemis d’hier peut être compliquée.   Et comment accueillir des Allemands à Moisson alors qu’une large partie de l’opinion publique française est très nettement antiallemande ?   Pourtant, deux groupes de scouts allemands, l’un de Sarre, l’autre de Souabe sont accueillis à Moisson. Prudemment, l’équipe d’organisation a envoyé les sarrois installer leur camp à Vernon en affirmant qu’il n’y avait pas de place à Moisson. Quant au groupe de Souabe, il doit être hébergé  au camp des visiteurs et non au sein du jamboree même. Les Allemands sont stupéfaits de l’accueil reçus à Moisson.  Voici ce qu’écrivit le groupe de Souabe : « La fraternité mondiale des scouts n’est nullement une parole vide de sens. Elle est une réalité effective. Aucune parole désobligeante ou carrément hostile n’est venue à notre connaissance. Les paroles d’un prêtre français nous disant que pour lui, la présence des Allemands était la preuve qu’il s’agissait d’un véritable Jamboree de la paix nous impressionnèrent profondément. Je tiens à préciser que  nous avons eu beaucoup de preuves analogues du bon accueil qui nous fut réservé. (...) Un scout qui pendant la guerre fut déporté en Allemagne comme travailleur civil (...) nous raconta des choses épouvantables, profondément humiliantes pour nous. Nulle part pourtant, un sentiment de haine. Nous fûmes très touchés lorsqu’un groupe de scouts français nous invita un soir à chanter des chansons allemandes. ».   Le groupe sarrois remis, lui, aux scouts français de Vernon, en signe de fraternité et de remerciement, le seul fanion scout ayant échappé aux perquisitions de la Gestapo après l’interdiction du scoutisme sarrois en 1935. Profondément émus, les Français demandèrent aux Sarrois de le conserver et de le considérer comme le symbole de leur amitié.   Quelques semaines plus tard, après leur retour, les scouts sarrois écrivent aux scouts de Vernon : « Nous vivons sous l’impression profonde laissée en nous par ce moment inoubliable que nous avons vécu au Jamboree de la Paix ».   Et ils écrivent aussi une lettre émouvante, en français, au maire de Vernon : « Par votre poignée de main, vous avez inscrit au cœur de chacun d’entre nous que vous oubliez les plaies du passé et que l’heure d’une collaboration généreuse à l’élaboration de temps meilleurs avait sonné ».   Mais cet accueil fraternel des scouts allemands par les scouts français est très loin d’être unanime. En effet, les scouts de Souabe sont accueillis par ceux du sous-camp Flandres où ils plantent leurs tentes au lieu de s’installer dans le camp des visiteurs.   Découvrant la présence d’Allemands à Moisson, L’Humanité, l’un des principaux quotidiens français, écrit le 19 août 1947 : « Non, messieurs les organisateurs du Jamboree, la jeunesse française n’a pas passé l’éponge, ni sur la collaboration, ni sur les crimes allemands. (…) L’esprit collaborationniste n’était pas absent de ce Jamboree. Quelques godelureaux de la délégation française ont pris leurs frères allemands sous leur protection et les ont hébergés. Les autorités du camp donnaient à chaque petit Fritz une gratification de 2 500 francs. Chaque contribuable doit donc se féliciter d’avoir entretenu pendant 17 jours quelques jeunes gens d’outre-Rhin »   Cet état d’esprit était très largement partagé dans cette période fortement marquée par le souvenir la guerre et de la Résistance. La présence d’Allemands aux côtés des Français est vécue par beaucoup comme un scandale et une véritable provocation.   Les Allemands n’oublieront pas l’accueil reçu à Moisson. En remerciement, les Sarrois proposent aux Français de participer à l’été 1948, à un camp chez eux. 5 scouts de Vernon s’y rendent. 300 scouts sarrois s’y retrouvent. C’est pour eux le premier camp régional depuis l’interdiction du scoutisme en Sarre en 1935.   Cette minuscule participation française va être l’occasion d’une manifestation exceptionnelle qui montre l’importance aux yeux des Allemands de ce qui s’était passé à Moisson, l’année précédente. Le 27 août 1948, c’est une délégation complète du gouvernement sarrois qui se rend à ce camp franco-allemand.   Johannes Hoffmann, chef du gouvernement sarrois, arrive au camp en compagnie de Gilbert Grandval, Haut-commissaire de France en Sarre. Ils sont accompagnés par plusieurs ministres sarrois, par des hauts fonctionnaires, par le délégué apostolique du Vatican en Sarre et par les autorités militaires françaises dans ce pays. Ils visitent le camp, rencontrent les scouts, et participent même à la veillée. La presse et la radio sarroise couvrent l’événement. Quelques jours après, les scouts français sont reçus au siège du gouvernement sarrois.   Le Scoutisme Français a posé à Moisson un acte fort, en opposition avec une large partie de l’opinion publique de l’époque, celui de tendre la main à la jeunesse allemande, adversaire d’hier, pour construire l’Europe et pour marquer la réconciliation franco-allemande.   « Quand les hommes seront capables d’apprendre à voir les choses du point de vue des autres et d’offrir une amitié altruiste à leurs voisins, la possibilité d’une guerre ne pourra que disparaître et les fondements de la paix seront établis dans le monde entier » écrivait Baden-Powell en octobre  1935. Puisse l’esprit de paix qui a soufflé à Moisson à l’été 1947 continuer à inspirer l’action de nos associations scoutes et celle de nos gouvernants.         Jean-Jacques Gauthé Membre du conseil d’administration des Scouts et guides de France Membre du conseil d’administration de la FAAS Président de la FAAS 2013-2017   ------------------------------------------------------------------------------------------------------------   25/01/2017 Chers amis, Nous venons d’apprendre le décès de notre amie belge, Anne Dupont. Beaucoup d’entre vous l’aviez rencontrée dans diverses réunions et elle était venue à la conférence de Tours malgré sa fatigue. Martine avait beaucoup travaillé avec elle lorsqu’elles étaient ensemble au Comité mondial de l’AISG … et encore après. Nous l’appréciions beaucoup et prenions plaisir à la voir. Cordialement   Jean-François LEVY                                                04/08/2016                                      Hollande célèbre les valeurs de "l'engagement" devant les scouts et éclaireurs européens. Le président français François Hollande (g) à un rassemblement de scouts européens, le 3 août 2016 à Paris afp.com/GEOFFROY VAN DER HASSELT Paris - François Hollande a célébré mercredi les valeurs de "l'engagement", de la "solidarité" et de la "fraternité" devant quelques centaines de scouts européens réunis aux Arènes de Lutèce à Paris, y voyant "la meilleure réponse" au "fanatisme" et à la menace terroriste. Second président français à assister à un tel rassemblement depuis Vincent Auriol en 1947, le président Hollande y a vu "une source de réconfort lorsque la France, comme d'autres pays en Europe et dans le monde, est frappée par le terrorisme, par le fanatisme".  Près de soixante-dix ans après ce rassemblement, "la paix, la démocratie, la liberté sont menacées", remettant en question "la grande victoire contre les totalitarismes" et la réunification d'une Europe aujourd'hui "en danger", a-t-il observé.  "Cette menace qui pèse sur nous peut créer des divisions, des suspicions, des séparations" et représente "un facteur d'instabilité et d'angoisse pour beaucoup", a-t-il mis en garde.  Mais "vous avez ici, avec le scoutisme français, des jeunes qui peuvent être catholiques, protestants, juifs, musulmans et pour beaucoup laïcs et qui partagent les valeurs même s'ils ne partagent pas les mêmes croyances ou les mêmes dieux", a noté François Hollande.  "Il ne peut pas y avoir de monde en paix, de solidarité réelle, de lutte contre les injustices s'il n'y a pas un engagement", a encore souligné le président français.  François Hollande l'a toutefois concédé: "si un jour on m'avait dit que je viendrais à un rassemblement de scouts, j'aurais souri". Mais "aujourd'hui j'en suis fier", a-t-il enchaîné, avant de nouer autour de son cou un foulard scout dans une ambiance que n'aurait pas reniée Robert Baden-Powell, le fondateur du mouvement

  8 Novembre 2015                                  FAAS - Journée de l’amitié 2015

Toujours une ambiance très amicale à la Journée de l’Amitié dimanche dernier, organisée par la FAAS au siège des SGDF : les uns se retrouvent d’une année à l’autre, les autres font connaissance ! Jean-Jacques Gauthé, président de la FAAS, nous présente le programme de la journée et commente les divers vidéo qu’il a choisi de montrer : l’une sur le Jamboree organisé cette année au Japon où 33 000 scouts, guides, éclaireurs, éclaireuses de tous pays, se sont réunis sous la chaleur de l’été ! l’autre sur le rassemblement de Strasbourg Your’up qui a fait la une des journaux télévisés en raison d’un violent orage qui a dévasté les lieux de camp…mais qui a montré aussi la bonne humeur et le sang-froid des jeunes ! Le repas était préparé et servi avec beaucoup de gentillesse et de savoir-faire par un groupe scout de Noisy le Sec qui a repris en chœur l’alphabet scout entonné par les anciens ! Puis Jean-Jacques nous a fait découvrir un épisode trop méconnu de l’après guerre de 14-18 : la création du Comité américain des régions dévastées (CARD), la venue en France et le travail d’aide aux régions dévastées de 350jeunes filles de la bonne société américaine qui ont sillonné le département de l’Aisne au volant de leur camionnettes, ouvrant et faisant fonctionner  des crèches, des écoles, des bibliothèques mais aussi des centres de soins, des écoles ménagères et… des camps et des unités de scoutisme avec un centre de formation et… la bénédiction de Lord Baden Powell ! A la dissolution du comité en 1924, les Américains offrirent au Scoutisme français le château de Cappy (Oise) destinés à la formation des chefs des différentes associations scoutes. A l’année prochaine pour une très belle Journée de l’amitié !  Tous les anciens-anciennes, amis du scoutisme y sont très  chaleureusement invités 

<< Nouveau titre >>

...

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
Jean-Jacques Gauthé